logo

You are here

Warning message

Attention! This event has already passed.

Variations spatio-temporelles du peuplement de cétacés en Mer Ligure (Méditerranée Nord-Occidentale) et relations avec les conditions environnementales

Monday, 12 September, 2005 - 10:15
Campus: Brussels Humanities, Sciences & Engineering campus
Faculty: Science and Bio-engineering Sciences
D
2.01
Sophie Laran
phd defence

La Mer Ligure est une zone propice à la présence de plusieurs espèces de
cétacés et elle a bénéficié de nombreuses études en période estivale. Cependant la
saison froide n’a jusque-là fait l'objet d'aucun suivi régulier. Cette étude a donc été
mise en place, afin de déterminer les variations d’abondance et de distribution du
peuplement de cétacés au cours de l’année. Entre février 2001 et 2004, trente
radiales fixes, localisées entre le Cap d’Antibes et la Revellata (Corse) ont été
réalisées. L’effort d’échantillonnage de 7 700 km réparti de façon homogène sur
l’année, nous a permis de définir plus précisément les rythmes saisonniers du
peuplement de cétacés, grâce à 495 observations de 6 espèces différentes. Des
estimations de densités, corrigées en fonction des conditions de vent, ont été
réalisées pour les deux espèces principales. Pour le rorqual commun (Balaenoptera
physalus), un minimum est observé en novembre-décembre et la première
augmentation de l’abondance a lieu dès mars-avril avec une densité estimée sur
notre couloir à 1 ind./100km2, suivi d’un pic à 2,5 ind. /100km2 en juillet-août. Pour le
dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba), l’abondance minimale est observée en
mars-avril, suivie d’un palier de mai à juillet (≈0,75 ind.km-2). La densité maximale est
observée en septembre-octobre avec 1 ind.km-2. Pour les espèces moins
communes, les taux d’individus observés ont été déterminés. Le cachalot (Physeter
macrocephalus) a été détecté toute l’année, avec une présence faible de janvier à
juillet (0,5 ind./100km) et un maximum de 3,9 ind./100km en septembre-octobre. La
présence de juvéniles au sein de groupes sociaux a pu être observée. Le dauphin de
Risso (Grampus griseus) est présent dans la zone essentiellement entre novembre
et février, alors que le globicéphale noir (Globicephala melas) n’a été observé
qu’entre juillet et septembre. Ainsi deux périodes se distinguent : juillet-août où les
rorquals représenteraient plus de 90% de la biomasse de cétacés présente dans la
zone et septembre-octobre, où nous notons une forte présence des teuthophages
partiels ou exclusifs.

L’analyse en parallèle des facteurs environnementaux (bathymétrie,
température de l’eau de surface, chlorophylle, production primaire), notamment grâce
à l’utilisation de données satellites, a permis une caractérisation des distributions de
chacune de ces espèces. Puis pour les trois espèces principales (le dauphin bleu et
blanc, le rorqual commun et le cachalot), la paramétrisation de leur
présence/absence en fonction des conditions environnementales a été entreprise. Les résultats obtenus pour le rorqual commun et le cachalot commun sont
prometteurs permettant pour le rorqual d’obtenir une prédiction correcte de 78% sur
un jeu de données indépendant. Pour le dauphin bleu et blanc, la paramétrisation n’a
pas permis d’établir de prédiction fiable, du fait de la distribution hétérogène de
l’espèce et de son régime alimentaire opportuniste.

Le développement des connaissances écologiques du milieu marin permet une
meilleure efficacité des mesures de protection. La poursuite de ces analyses, nous
permettra d’affiner les prédictions et de délimiter les zones de distribution
préférentielle, en fonction des variations des conditions environnementales.